Le Singulier et le besoin de Dieu – chez Kant et Kierkegaard